Ça doit vous épater …

Un spectacle équestre sans chevaux

Une création en duo du Collectif S.N.L.R – 2019

Dramaturgie et mise en scène Anaëlle Houdart et Manon Petitpretz
Interprétation • Anaëlle Houdart et Manon Petitpretz 
Création sonore et régie son Charly Boino 
Création lumière et régie lumière • Izaac Chegaar
Costumes•Avec la participation de Michel BENELUZ et La Brick & Brackerie
Création vidéo • Manon Petitpretz
Régie vidéo • Izaac Chegaar
Equipe regard extérieur • Collectif S.N.L.R & partenaires
Administration / Production / Diffusion • Collectif S.N.L.R – Valentine Vulliez
Durée du spectacle1h

Une forme hybride et à cheval entre réalité et fantasme

Ça doit vous épater…  se trouve aux jonctions entre l’esprit du cirque séquencé en différents numéros, l’esprit équestre du PMU et celui des champs de courses qui ne s’arrêtent jamais. C’est la notion de risque qui relie toutes les facettes de notre forme finale.
Sur scène nous ne sommes pas seulement deux femmes : nous sommes mi-hommes mi-juments, dresseuses et dressées, parieuses et jockeys. Nous “rejouons” nos rencontres avec les habitués d’un PMU City, lieu de vie et de pari sur les courses de chevaux. Nous prenons la parole de ces hommes pour l’interroger afin de la mettre au service d’une autre vision : une réalité fantasmée. L’espace scénique ne représente jamais vraiment le PMU, il est multiple, toujours en mouvement et révèle ainsi les intimités qui se côtoient au PMU. Il passe de champ de courses à hippodrome, de piste de cirque à ring de catch et de tapis de jeux à plateau de théâtre. Ces espaces fictionnels génèrent une réalité propre à notre duo qui se métamorphose alors en une forme hybride, évoluant au contact de ce lieu cabalistique qui nous attire.

Ça doit vous épater… est un “spectacle équestre sans chevaux” qui prend la forme d’un duo au féminin. Plus qu’un projet théâtral et performatif il s’agit d’une forme hybride à cheval entre expérience humaine et écriture imaginaire provoquée par les rencontres. Ce duo féminin signe le départ, l’entrée dans la course du collectif S.N.L.R. Ce premier projet original, loin d’être un spectacle documentaire est un véritable essai de curiosité. La fiction émane de la rencontre réelle et palpable de deux jeunes comédiennes avec les habitués, -les turfistes- du PMU City de la place Saint-Côme à Montpellier.

Ce duo subtilise la parole peu médiatisée de ces hommes afin de la faire résonner sur scène. C’est alors qu’une passerelle se crée, un espace de rencontre et de curiosité où les histoires personnelles, soigneusement délivrées au duo de comédiennes, se frayent un chemin vers la scène.

Les deux comédiennes abordent, jouent et cavalent autour de la notion de « risque » : dressées sur de hauts sabots de cheval elles parcourent dans cette course d’une heure les tactiques de jeux adoptées par les turfistes ainsi que leurs rêves les plus grands, corrélés aux gains et freinés par la perte.

Cet essai de curiosité où la vision « fantasmée » des jeunes femmes vient rompre avec la matière documentaire accumulée fait résonner la voix des turfistes dans sa forme la plus légère possible : celle d’un spectacle équestre sans chevaux.

Ça doit vous épater que je fasse « hi-han » pour imiter le cheval, mais ce sont les auteurs qui m’ont dit que c’était une chanson d’avant-garde et, dans l’avant-garde, les ch’vaux font
« hi-han », alors, il faut ce qu’il faut ! ». (A pied, à cheval et en voiture de Bourvil)

« C’est sur le dos d’Anaëlle Houdart que j’ai commencé à rêver de chevaux.
C’est une véritable cavalière, moi je suis ignorante sur ce sujet.
Nous nous sommes mises à penser à « Ça doit vous épater… »
sur le chemin entre le centre équestre et l‘Université,
entre le PMU City de la place Saint Côme et le CDN de Montpellier. »
Manon Petitpretz


PARTENAIRES DE LA CRÉATION :

Ce projet est une production du collectif artistique S.N.L.R -Surtout Ne Lâchez Rien-. Soutenu et financé par le service culturel du Crous de Montpellier Occitanie dans le cadre de leur programme de préprofessionnalisation ainsi que par le département de l’HéraultCap Jeunes, le projet est également en partenariat avec l’Association Réalviscéralisme.